QUI SUIS-JE ?

Passionnée par l’hypnose et les thérapies brèves depuis des années, c’est naturellement que je me suis tournée vers l’hypnose Ericksonienne.

Cette méthode à la fois respectueuse et efficace permet de vous accompagner dans vos projets et votre évolution.

C’est un réel travail d’équipe que nous allons accomplir ensemble. Votre envie et votre engagement sont essentiels pour atteindre votre objectif.

certifications

Diplômée par l’institut PSYNAPSE, école de psychothérapie spécialisée en thérapie brève, je suis certifiée par la National Guild of Hypnotists et par la fédération francaise d’hypnose et des thérapies brèves.

Je suis également certifiée par l’institut de formation à l’arrêt du tabac par l’hypnose.

L'HYPNOSE

 

Chacun a pu faire l’expérience d’un roman dont la lecture consciencieuse permet de nous évader, d’un long trajet en voiture, ou encore celle d’une suspension hors du temps à force de contempler le mouvement des vagues, par exemple. Chacun de nous fait donc régulièrement l’expérience d’un état de conscience modifiée. L’état hypnotique est précisément ce moment de conscience où les choses sont percues autrement.

La mise en état d’hypnose, c’est la reprise intentionnelle de cet état de conscience afin d’atteindre votre objectif. 

L’hypnose est donc un état naturel, dans lequel votre inconscient prend le relai et permet de trouver multitude de solutions là ou votre conscient ne voit que des questions.

Un objectif sans date est juste un rêve

Milton ERICKSON

Questions fréquentes

concernant l'hypnose thérapeutique

Oui. Vous êtes hypnotisable. Comme tout le monde d’ailleurs. Car l’état d’hypnose est un état naturel dans lequel vous entrez et que vous vivez plusieurs fois par jour sans même vous en rendre compte, d’une façon qui n’appartient qu’à vous. Lors d’une séance, vous serez donc guidé vers votre propre état d’hypnose.

L’état d’hypnose n’est pas un état de sommeil, et cela a été prouvé par les dernières recherches des neuro-sciences au cours desquelles on a constaté que lors d’une transe hypnotique, des zones du cerveau très différentes de celles du sommeil étaient activées.

Il s’agit alors bien plus d’un état d’hyperconcentration ou de réceptivité accrue, qui permet d’accéder aux ressources inconscientes du cerveau pour les mettre en action. D’où l’importance d’être motivé et d’avoir un objectif pour que ces ressources aillent dans une direction précise.

L’état d’hypnose est un état naturel duquel vous sortez toujours, que vous le viviez spontanément à plusieurs moments de la journée (par exemple lors d’instants de rêverie ou lorsque vous êtes concentré sur quelque chose, votre attention pouvant alors toujours être appelée par autre chose), ou qu’il soit induit dans le cadre d’une séance d’hypnose. Ainsi, à supposer même que l’on ne vous conduise pas à vous “réveiller” à l’issue d’un travail sous hypnose, vous le feriez de vous-même à votre rythme après quelques minutes ou même instantanément en cas d’urgence (en cas d’alerte incendie, par exemple).

Lorsque vous venez faire une séance d’hypnose, c’est souvent pour atteindre un but que vous n’avez pas encore réussi à atteindre en ayant parfois l’impression de ne pas maitriser les choses (par exemple lorsque vous continuez à fumer malgré votre désir d’arrêter). En faisant appel à l’hypnose, vous reprenez donc, bien au contraire, le contrôle de votre vie pour aller dans la direction que vous avez déterminée vous-même.

Il est possible que pour atteindre votre objectif, vous preniez la décision de lâcher prise et d’abandonner d’anciens comportements devenus inutiles ou contreproductifs. Ce sera alors lorsque vous l’aurez décidé et de la façon que vous aurez choisie vous-même.

Non. Sous hypnose vous êtes toujours lucide et vous ne faites ou dites que ce que vous voulez vraiment, pour atteindre le but que vous vous êtes consciemment fixé, dans le respect de vos valeurs fondamentales. Tout ce qui pourrait survenir qui vous éloignerait de ce que vous souhaitez ou de vos valeurs vous ferait immédiatement sortir de l’état d’hypnose.

Le seul risque qu’il pourrait y avoir à faire une séance d’hypnose serait que, faute de motivation suffisante ou d’objectif à atteindre, il ne se passe rien hormis l’expérimentation agréable de l’état d’hypnose qui est un état naturel que chacun vit plusieurs fois par jour sans même s’en rendre compte, et que vous repartiez donc après avoir vécu cet état de concentration détendue.

Plus que l’Etat d’Hypnose lui-même, il est possible voire probable que vous deveniez “accro” aux effets positifs qui surviendront après avoir mobilisé vos ressources inconscientes pour atteindre vos objectifs. Car on s’habitue très vite au positif et bonheur.

L’hypnose Ericksonienne étant par nature une thérapie brève, centrée sur l’autonomisation de la personne qui s’y prête, chaque séance entraîne chez elle l’apprentissage de l’hypnose et de la façon qui lui est propre pour entrer dans l’Etat d’Hypnose et l’utiliser pour atteindre ses objectifs.

Donc, à terme, vous serez capable d’induire vous-même votre propre état d’hypnose et le mettre au service de ce qui vous motive.

Oui. Vous pouvez constater des changements positifs dès la première séance. Il suffit pour cela que vous soyez motivé par votre objectif et que vous souhaitiez donc vraiment l’atteindre, pour des raisons qui soient en phase avec vos valeurs fondamentales.

Cela étant, l’Hypnose Ericksonienne est une thérapie brève mais ni magique ni forcément immédiate.

Dès lors, s’il arrive fréquemment qu’une séance suffise à obtenir les changements souhaités, il est également possible qu’il faille plusieurs séances pour atteindre votre objectif, à votre rythme et selon les enjeux à adresser successivement ou les adaptations à faire au fur et à mesure de votre cheminement (voir La Séance – Combien de fois).

Chaque séance entraînera alors des changements positifs que vous pourrez constater.

L’Hypnose Ericksonienne, fondée sur les valeurs éthiques fondamentales d’humanité et de progrès, est une thérapie brève :

  • où l’Etat d’Hypnose est induit d’une façon respectueuse et adaptée spécifiquement à la personnalité de chacun,
  • dans un cadre propice à la confidentialité des échanges,
  • et dont le seul but est l’atteinte des objectifs choisis par la personne qui y fait appel.

L’hypnose de spectacle, même si elle est également fondée sur l’utilisation de l’Etat d’Hypnose et ne fait appel qu’à des sujets consentants, est très éloignée de l’Hypnose Ericksonienne parce que :

  • ses seuls objectifs sont de servir un spectacle et l’image de l’hypnotiseur qui le met en scène, et non d’atteindre les objectifs des personnes qui sont utilisées après être montées sur scène,
  • l’Etat d’Hypnose y est créé d’une façon directe et dirigiste (du style “Dors je le veux !”),
  • tout le monde ne peut alors en être le sujet puisque seuls 5 à 10% de la population sont suggestibles d’une telle façon autoritaire et que l’hypnotiseur choisit donc ses “cowbyes” sur ce critère après les avoir observés longtemps avant de les faire monter sur scène,
  • on utilise bien d’autres moyens pour créer le spectacle (mise en scène dès avant le lever de rideau où des représentations précédentes sont projetées sur écran de façon à commencer à influencer les futurs sujets, utilisation d’effets sonores et visuels particulièrement forts, etc.).

Une séance d’Hypnose Ericksonienne n’a donc rien à voir avec un spectacle d’hypnose.

séances d'hypnose près de montélimar

Je vous accueille sur rendez-vous au Centre de Gestion du Stress de la Drôme
15 B Chemin Guy AUBERT à Montboucher sur Jabron (26740) près de Montélimar.

Charte éthique

Charte Éthique du Syndicat National des Hypnothérapeutes

Article 1 : Cadre thérapeutique

Sa démarche se différencie de l’attitude «médicale» impliquant un diagnostic, un pronostic, un traitement prescrit par un «spécialiste» à un «patient». 
L’hypnothérapeute n’a pas vocation à se substituer aux différents professionnels de santé que consultent ses clients. Ses pratiques interviennent en complémentarité, dans le registre de l’accompagnement de la personne, de l’évolution personnelle et du bien-être. 
Le Syndicat National des Hypnothérapeutes prône la concertation entre les différents intervenants du domaine médical et les hypnothérapeutes et souhaite établir une parfaite communication entre tous pour le meilleur profit de leurs clients.
Ainsi en cas de demandes de ses clients concernant des prescriptions médicales, l’hypnothérapeute les oriente toujours vers leur médecin traitant seul habilité à répondre à ce type de questionnement.

Article 2 : Secret professionnel

Le secret couvre tout ce qui est venu ou vient à la connaissance de l’hypnothérapeute dans l’exercice de sa profession, non seulement ce qui lui a été confié mais aussi ce qu’il a vu, perçu, entendu, compris ou ressenti. Il a l’obligation de poursuivre au mieux les intérêts de son client, avec pour seules limites, celles que la loi lui impose.

Article 3 : Respects des droits fondamentaux

La diversité des approches autour de l’hypnose thérapeutique venant d’horizons divers avec des disciplines complémentaires et pratiques diverses, impliquant la connaissance préalable des bases techniques propres à l’hypnose, dénommée hypnose thérapeutique, nécessaire à la richesse de l’accompagnement, reconnaît aux accompagnants et accompagnés, le droit de bénéficier pleinement et librement de cette diversité dans le cadre de leur responsabilité d’adulte.
L’hypnothérapeute refuse d’intervenir dans tous les cas où l’intérêt d’autrui lui apparaît menacé, à travers une perte d’autonomie, en particulier dans toute intervention susceptible de favoriser l’assujettissement d’un individu à un groupe ou à une idéologie, religion, démarche commerciale, quelques valeureuses qu’en apparaissent les finalités. 
L’hypnothérapeute s’engage à ne jamais soumettre la personne humaine à un objectif qui lui serait étranger ou qui serait celui d’une politique commerciale.
L’hypnothérapeute s’engage à respecter et à promouvoir l’autonomie, la dignité humaine, la liberté de chaque individu, ainsi que tous les droits inhérents à la nature humaine. Les équilibres complexes de la personne dans sa réalité environnementale, physique, psychique et spirituelle, en partant du principe que personne « ne sait à la place de la personne ». 
L’hypnothérapeute se positionne comme un simple guide s’appuyant uniquement sur les savoirs, connaissances, capacités apprentissages et parcours de vie de la personne à défaut de tout autre. Il s’engage également à n’avoir aucun jugement et à n’en donner aucun, l’hypnose par définition n’est que suggestions pour ouvrir « le champ des possibilités ».
Sa démarche s’inscrit dans un domaine où la conscience, est en constante relation avec un « inconscient » (non limitatif dans sa définition). L’hypnothérapeute s’engage à la prise en compte essentielle de cette difficulté/richesse de l’individualité humaine.
L’hypnothérapeute s’applique à n’exercer en aucune façon de pression physique, biologique, psychique, morale ou spirituelle, induisant une limitation de la volonté propre des bénéficiaires. Par extension, il incite ses usagers à la vigilance face à des mouvements, groupes ou individus qui ne respecteraient pas cette éthique.

Article 4 : Pudeur, mœurs

L’hypnothérapeute proscrit et considère comme des passages à l’acte non justifiables par de prétendus « mobiles thérapeutiques » toutes les manœuvres de séduction affective ou sexuelle, les attouchements, la relation sexuelle elle-même dans le cadre de la relation d’accompagnement.
Dans tous ces cas, ces attitudes ne peuvent avoir lieu sans rupture immédiate du contrat qui lie les protagonistes et rend caduque la relation d’accompagnement ou de soins.
Dans le cas où une relation d’ordre personnel, privé s’instaure entre l’accompagnant et l’accompagné majeur et responsable, s’il accepte le changement de statut de la relation, elle ne peut avoir lieu que hors contrat, hors d’un cadre professionnel et d’une rémunération.

Article 5 : Implication émotionnelle

L’implication émotionnelle existe naturellement, mais elle se veut toujours au service d’une meilleure connaissance de nous-mêmes et de l’aide à apporter objectivement, sans être orientée de façon captatrice vers son intérêt affectif ou pécuniaire.
Cette attitude exige la vigilance de l’hypnothérapeute sur lui-même à se garder de ses propres réactions et ressentis, il s’engage lorsque c’est nécessaire sur un cas particulier, à demander une supervision confraternelle. 
L’hypnothérapeute se garde en particulier, de toute attitude à prolonger la relation d’accompagnement ou de soin à son profit. Il saura mettre fin aux séances le moment venu . 
Ceci implique une bonne connaissance pratique et vécue du jeu des relations interpersonnelles. Ces termes étant pris dans leur sens large et symbolique qui veut que toute relation humaine constitue un lien.
L’hypnothérapeute signataire reconnaît par expérience qu’aucun diplôme seul, aussi brillant soit-il, sans pratique expérientielle spécifique, ne suffit à conférer à quiconque la qualité de professionnel de l’accompagnement, du mieux-être et de l’hypnothérapie.
Celle-ci requiert un parcours personnel, fruit d’un long travail chaque jour renouvelé et de prédispositions individuelles pour acquérir, maîtriser et développer les qualités d’un hypnothérapeute.
La Justice, française ou européenne, sert d’arbitrage éventuel en cas de litige entre un signataire et une personne bénéficiaire de son aide.
Pour les signataires de cette charte, l’absence de diplôme universitaire n’est pas un argument suffisant pour disqualifier un hypnothérapeute. Il est possible de s’appuyer sur cette charte pour répartir les responsabilités.

L’engagement du signataire

Je reconnais avoir lu et compris le sens et les implications du code de déontologie et de la charte éthique du Syndicat National des Hypnothérapeutes, en foi de quoi, et par-devant mes pairs, je fais le serment de les respecter et de les faire respecter. 
Je pratiquerai ma profession en toute honnêteté intellectuelle, avec conscience et dignité. 
Je fais cette promesse solennellement, librement et sur mon honneur.